Chroniques
WP_Post Object
(
    [ID] => 1610
    [post_author] => 5
    [post_date] => 2017-04-03 20:36:08
    [post_date_gmt] => 2017-04-04 00:36:08
    [post_content] => Le 16 mars dernier avait lieu à l’Institut universitaire de gériatrie de Montréal (IUGM), le premier colloque sur les symptômes comportementaux et psychologiques de la démence (SCPD).

Le constat fut un peu plus clair : un comportement déroutant témoigne toujours d’un besoin qui n’a pas été répondu chez la personne en perte cognitive (on parle aussi d’un besoin compromis). Les causes possibles des SCPD sont diverses :
  1. causes biologiques (la personne a faim, a soif, ressent de la douleur…)
  2. causes psychologiques (la personne ne comprend pas ce qui arrive, ce qu’on lui demande, elle a peur, est angoissée, est agitée…)
  3. causes environnementales (la personne souffre de sur-stimulation – trop de bruit, pas assez de lumière, ou n’est pas suffisamment stimulée)
  4. causes interactionnelles (l’approche n’est pas adaptée, peut-être trop brusque ou perçue comme invasive…)
La médication est parfois nécessaire pour gérer les comportements déroutants. Nécessaire, mais pas toujours essentielle. Une approche dite non-pharmacologique est également possible et permet de réduire concrètement les comportements déroutants et, du même coup, d’augmenter la qualité de vie au quotidien des personnes atteintes, et de leurs proches.   Pour en savoir plus sur nos formations et la gestion des comportements déroutants, n’hésitez pas à nous faire signe. Vous n’êtes pas seuls! Nous pouvons vous aider! Par Bernard Chassé, conseiller aux familles [post_title] => Gérer les comportements déroutants [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => gerer-comportements-deroutants [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2017-04-29 12:50:12 [post_modified_gmt] => 2017-04-29 16:50:12 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://alzheimermvp.com/?p=1610 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw )

Gérer les comportements déroutants

3 avril 2017

Le 16 mars dernier avait lieu à l’Institut universitaire de gériatrie de Montréal (IUGM), le premier colloque sur les symptômes comportementaux et psychologiques de la démence (SCPD).

Le constat fut un peu plus clair : un comportement déroutant témoigne toujours d’un besoin qui n’a pas été répondu chez la personne en perte cognitive (on parle aussi d’un besoin compromis). Les causes possibles des SCPD sont diverses :

  1. causes biologiques (la personne a faim, a soif, ressent de la douleur…)
  2. causes psychologiques (la personne ne comprend pas ce qui arrive, ce qu’on lui demande, elle a peur, est angoissée, est agitée…)
  3. causes environnementales (la personne souffre de sur-stimulation – trop de bruit, pas assez de lumière, ou n’est pas suffisamment stimulée)
  4. causes interactionnelles (l’approche n’est pas adaptée, peut-être trop brusque ou perçue comme invasive…)

La médication est parfois nécessaire pour gérer les comportements déroutants. Nécessaire, mais pas toujours essentielle. Une approche dite non-pharmacologique est également possible et permet de réduire concrètement les comportements déroutants et, du même coup, d’augmenter la qualité de vie au quotidien des personnes atteintes, et de leurs proches.  

Pour en savoir plus sur nos formations et la gestion des comportements déroutants, n’hésitez pas à nous faire signe.

Vous n’êtes pas seuls! Nous pouvons vous aider!

Par Bernard Chassé, conseiller aux familles

À lire aussi

Où chercher?

1 août 2017

Il ne se passe pas un mois, parfois même une semaine, pour voir apparaître dans les journaux et sur le Web les résultats prometteurs d’une nouvelle recherche sur la maladie…

Lire la suite

C’est le temps des vacances

1 juillet 2017

Avec l’été qui s’annonce, nous pensons tous aux vacances à venir, à la plage, au camping, aux soirées en famille et entre amis. Enfin venu le temps de souffler et…

Lire la suite

Avoir 47 ans et être atteint de la maladie d’Alzheimer

1 juin 2017

Oui, c’est possible! Lorsqu’elle se présente de façon précoce, c’est-à- dire avant l’âge de 50 ans, la maladie d’Alzheimer est presque toujours d’origine familiale. Elle se transmet de génération en…

Lire la suite